mercredi 8 juillet 2015

Pourquoi nous optimisons notre alimentation?

De nos jours, l'homme dispose d'une grande diversité d'aliments, par ailleurs ses habitudes alimentaires variées et changeantes, ne le conduisent pas toujours vers une adéquation entre ses besoins et ses prises. Certaines habitudes alimentaires sont donc à maintenir d'autres à éviter. Les besoins alimentaire de l'organisme sont de deux ordres: *besoins matériels: il faut trouver dans l'alimentation les matériaux nécessaires à la construction du corps et son entretien: eau sels minéraux, protides et vitamines. *besoins énergétiques : il faut consommer des aliments dont la dégradation fournira à l'organisme l'énergie nécessaire à son activité : glucides et lipides. Les besoins alimentaires sont très variables selon l'âge, le sexe, l'activité physique et l'état physiologique de l'organisme. La ration alimentaire doit correspondre à la quantité d'aliments nécessaires au fonctionnement et à l'entretien de l'organisme dans une situation donnée pour satisfaire ainsi ses besoins, l'alimentation doit être suffisamment variée en respectant la règle du 421 GPL Le modèle 421 GPL  élaboré par le nutritionniste  français Albert-François Cerf, la règle 421 GPL nous donne les clés de l'équilibre alimentaire. C'est un modèle permettant de réaliser des rations alimentaires diététiques journalières et permet d'avoir un bon équilibre nutritionnel. Ce modèle aide facilement à comprendre comment avoir une alimentation équilibrée pour être en forme et en bonne santé. Les chiffres 421 représentent le nombre de chacune des parts devant obligatoirement rentrer dans la composition de chacun des trois repas principaux. Les portions des aliments pour une alimentation équilibrée sont: 4 portions de glucides -une portion de crudité -une portion de crudité (légumes cuits) -une portion de céréales ou de pomme de terre-une portion de produits sucrés 2 portions de protides -une portion de protides non lactés(viandes, poissons et œufs) -une portion de protides lactés 1 portion de lipides -la moitié d'origine animale (beur, viandes, lait entier) -la moitié d'origine végétale (huiles) Deux types opposés de déséquilibres alimentaires s'observent: *une suralimentation qui est à l'origine d'une obésité favorisant l'apparition de maladies graves(diabète sucré et maladies cardiovasculaires) *une sous alimentation et une malnutrition qui engendrent de nombreuses maladies de carence (kwashiokor, marasme, rachitisme, scorbut, goitre, anémie...) Une ration alimentaire insuffisante conduit à la malnutrition, dénutrition qui engendre un amaigrissement et carence. Une ration alimentaire équilibrée permet de couvrir tous les besoins en quantité et en qualité. Une ration alimentaire excédentaire conduit au sur poids et à l'apparition des maladies cardio-vasculaires et au diabète. Le choix des aliments est une affaire de goût mais aussi une affaire d'habitude et de culture. Toutefois, ce choix doit être judicieux pour garantir une alimentation saine et hygiénique. Le surplus des aliments impose leur conservation, cette dernière n'est pas forcement une affaire de matériel de pinte (congélation, surgélation, stérilisation...) mais aussi un savoir faire (conservation en plein air, au frais dans le sel, dans l'huile....) L'homme prélève l'eau douce dans plusieurs réservoirs comme les oueds les lacs, les barrages retenant les eaux de surface, des nappes phréatiques et nappes profondes retenant les eaux souterraines. La potabilité de l'eau puisée dans ces réservoirs doit être vérifiée régulièrement par le contrôle de ses qualités physico-chimiques, organoleptiques et micro biologiques. Pour éviter la pollution de l'eau il faut: -vérifier régulièrement la qualité de l'eau du robinet. -limiter l'usage des engrais, pesticides et insecticides au strict nécessaire. -approfondir les captages, les protéger, entretenir les canalisations éviter les produits contenant des phosphates(les savons à base de corps gras d'origine végétale sont beaucoup moins polluants. -continuer à installer des stations d'épuration, améliorer leur rendement et les doter aux besoins d'un système d'élimination des phosphates et des nitrates.