dimanche 11 octobre 2015

Biomarqueur pour la stéato-hépatite (maladie du foie gras) identifié

40 pour cent des personnes dans l'UE souffrent de la stéatohépatite non alcoolique (maladie du foie gras), une maladie qui devient de plus en plus fréquentes en raison du diabète et de l'excès de poids dans une société d'abondance. À l'heure actuelle, il est impossible de prévoir le cours ultérieur de la maladie - jusqu'à la cirrhose et le cancer du foie. En outre, un risque accru de crise cardiaque et rénale existe. A l'avenir, cela devrait devenir possible en utilisant un score de risque avec différents biomarqueurs.
Ce score de risque est élaboré et validé au département clinique de gastroentérologie et hépatologie à l'MedUni Wien en coopération avec les cliniques universitaires de chirurgie et de radiologie / médecine nucléaire et les partenaires de l'industrie. Le projet est également intégré dans le nouveau centre autrichien de compétence "CBmed," dont le MedUni Wien est impliqué dans 20 pour cent.
L'objectif est de trouver des biomarqueurs pour utilisation clinique dans le but de faciliter une évaluation non invasive du risque, à savoir sans une biopsie du foie. Les premiers résultats sont très prometteurs, selon Michael Trauner, Chef du Département de gastro-entérologie et hépatologie (Clinique universitaire de médecine interne III): "On peut supposer que, à la fin, il y aura un mélange de biomarqueurs à partir de laquelle un risque Score peut être compilé. " Ce mélange va inclure des marqueurs du sang, du microbiome dans l'intestin et des marqueurs génétiques et des marqueurs de procédés d'imagerie, y compris les dernières applications de tomographie par émission de-positons (TEP).
"En conséquence, nous serons en mesure d'estimer l'évolution de la maladie mieux à l'avenir, et sera donc mieux en mesure de répondre à la question de« comment peut-elle se développer »qu'avant, si une stéatohépatite du foie existe déjà», dit Trauner. Dans le même temps, dans le cadre de la médecine personnalisée, il est alors plus facile de prendre les mesures thérapeutiques correctes en temps voulu.
Environ 40 pour cent de la population sont déjà affectés par la stéatohépatite non alcoolique, qui peut conduire à une hépatite (gras de l'hépatite foie) et cirrhose et le cancer du foie.
La maladie est fortement liée avec le diabète, l'excès de poids ou d'un syndrome métabolique, mais aussi avec les processus génétiques et des modifications au microbiome intestinal. Par ailleurs, le terme «maladie du foie gras non-alcoolique» a été inventé par l'hépatologue viennois Heribert Thaler (un élève de Hans Popper) dans les années 1960 et plus tard ramassé par des chercheurs américains.