mardi 6 octobre 2015

Comment les réponses immunitaires protectrices tuent les neurones?

Des scientifiques identifient comment normalement réponses immunitaires protectrices tuent les neurones
National Institutes of Health (NIH) les scientifiques qui étudient l'inflammation du cerveau ont découvert pourquoi certaines réponses immunitaires qui aident typiquement des cellules reconnaître et de combattre les infections virales et bactériennes, peut parfois être nocif pour le cerveau. Beaucoup de troubles du cerveau impliquent la mort des neurones, ou cellules nerveuses, mais comment ces neurones meurent ne sont pas bien comprises. Une nouvelle étude publiée dans The Journal of Immunology décrit comment l'activation des réponses immunitaires protectrices normalement provoque des cellules nerveuses meurent et identifie la protéine responsable, fournissant une cible potentielle pour une intervention thérapeutique.

Des chercheurs de l'Institut national de NIH des maladies allergiques et infectieuses (NIAID) ont étudié l'effet des protéines du système immunitaire appelées récepteurs toll-like sur les neurones. Ces récepteurs de détecter une infection par des bactéries ou des virus. Ils peuvent aussi détecter certaines molécules libérées par les neurones de mourir et associés à des maladies telles que la maladie d'Alzheimer. Les chercheurs ont utilisé un modèle de souris pour étudier pourquoi la stimulation de ces récepteurs a causé la mort des neurones, mais pas d'autres types de cellules. Ils ont déterminé que les récepteurs Toll-like activés une protéine appelée SARM1 dans les neurones, ce qui induit leur mort en affectant la fonction des mitochondries, les producteurs d'énergie des cellules.

L'étude se fonde sur des travaux antérieurs du groupe NIAID montrant que SARM1 également causé la mort neuronale au cours des infections virales dans le cerveau. La nouvelle recherche montre que l'activation immunitaire de neurones, même en l'absence d'une infection virale, peut provoquer leur mort. En identifiant SARM1 comme une molécule clé responsable de ce processus, les chercheurs ont une meilleure compréhension des raisons pour lesquelles la réponse immunitaire protectrice peut normalement être préjudiciable en cas d'infection ou de dommages dans le cerveau.