mardi 6 octobre 2015

Eduquer le système immunitaire pour prévenir les allergies

Avec l'arrivée du printemps, des millions de Canadiens ont commencé leur rituel annuel des éternuements et une respiration sifflante en raison d'allergies saisonnières. Une équipe de recherche de l'Hôpital de Montréal pour enfants de l'Institut de recherche du Centre universitaire de santé McGill (IR-CUSM) apporte de l'espoir d'un vaccin potentiel qui pousse la réponse immunitaire loin de développer des allergies. Les résultats publiés dans la revue immunologie des muqueuses ont des implications cliniques majeures depuis allergies et l'asthme sont des conditions vie qui commence souvent dans l'enfance et pour lesquels il n’existe actuellement pas de remède.

«Notre étude, pour la première fois, offre un moyen potentiel de prévention des allergies en utilisant une molécule qui redirige la réponse immunitaire loin de la réponse allergique," explique l'auteur principal, le Dr Christine McCusker, allergologue à l'Hôpital de Montréal pour enfants et chercheur au IR-CUSM. «Cette découverte est très prometteuse depuis la molécule, nous avons développé peut être administré par une baisse dans le nez sous forme de spray."

On estime que 20 à 30 pour cent de la population canadienne souffre d'une série d'allergies. La recherche récente a indiqué que l'un dans tous les 13 Canadiens souffre d'une allergie alimentaire importante. Les raisons pour lesquelles les allergies se développent demeurent inexpliquées, mais on croit que tous les enfants sont nés avec le potentiel de développer des allergies. Enfants sans allergies font un changement à la réponse immunitaire non-allergène lorsque les allergènes sont autour. Ceux qui font développer des allergies n’ont pas changé au moment où ils sont exposés à l'allergène.

Dr McCusker et son équipe de l'Laboratoires Meakins-Christie commencé à travailler sur une molécule spécifique - appelée STAT6 - ce qui est important dans le développement de la réponse allergique. Ils pensaient que si elles pouvaient inhiber cette molécule, ils permettraient de réduire les symptômes de la maladie allergique des voies respiratoires, comme l'asthme, chez les animaux allergiques. Ils espéraient aussi pour prévenir l'allergie de développer entièrement. Pour ce faire, ils ont développé un peptide inhibiteur appelé STAT6-IP qui a été donné à des souris nouveau-nés par voie intranasale gouttelettes.

«En donnant le peptide STAT6-IP très tôt, avant que les allergies sont présents, nous étions en mesure d'enseigner le système immunitaire. Ainsi, lorsque nous avons essayé de rendre les souris allergiques plus tard, nous ne pouvions pas car le système immunitaire avait« appris » à tolérer les allergènes ", explique le Dr McCusker qui est également professeur agrégé au Département de pédiatrie à l'Université McGill.

«Ce qui est beau dans notre approche est que vous ne disposez pas de le coupler avec un allergène spécifique, vous utilisez uniquement ce peptide. Il redirige simplement le système immunitaire loin de la réponse allergique et il ne sera pas grave si l'enfant est exposé au pollen, chats ou des chiens, parce que le système immunitaire ne former plus une réaction allergique agressif », ajoute le Dr McCusker.

"Chez les sujets qui ont la propension à développer des allergies, leur système a pris la décision de« mauvais »quelque part le long de la ligne," dit-elle. "Il est comme éduquer le système immunitaire à suivre la voie que nous voulons suivre."

Les chercheurs étudient actuellement l'effet de ce peptide pour voir dans quels autres domaines ce type d'enseignement immunitaire sera de prévenir les maladies, telles que des allergies alimentaires. Ils espèrent ensuite déplacer cette découverte aux essais cliniques chez les humains.