mercredi 7 octobre 2015

Les pilules contraceptives les plus récents liés à l'augmentation des risques de caillots

Les pilules contraceptives les plus récents liés à l'augmentation des risques de caillots, étude confirme
Nouveaux éléments de preuve pour confirmer le lien entre les pilules contraceptives les plus récents et un risque plus élevé de caillots de sang graves (connu comme une thromboembolie veineuse ou TEV) a été fournie par une nouvelle étude. Environ 9% des femmes en âge de procréer dans le monde utilisent les contraceptifs oraux, passant à 18% des femmes dans les pays développés et 28% des femmes au Royaume-Uni.
Les résultats montrent que les pilules contenant l'un des nouveaux types d'hormone progestative (drospirénone, le désogestrel, gestodène et cyprotérone) sont associés à un risque accru de TEV que les pilules contenant des progestatifs plus âgés (de lévonorgestrel et la noréthistérone).
Les chercheurs, basés à l'Université de Nottingham, disent que cela est "une étude de clarification importante» qui «a une puissance suffisante pour fournir des conclusions comparatives fiables pour différentes formulations de contraceptifs oraux combinés."
Environ 9% des femmes en âge de procréer dans le monde utilisent les contraceptifs oraux, passant à 18% des femmes dans les pays développés et 28% des femmes au Royaume-Uni.
Bien que le risque accru de caillots associé aux contraceptifs oraux combinés est bien connu, des études antérieures ont utilisé différentes méthodes pour examiner ce lien, de sorte que les risques relatifs associés à différentes combinaisons ne sont pas concluantes.
Les chercheurs, dirigés par Yana Vinogradova, chercheur en statistique médicale de l'Université de Nottingham, ont essayé de répondre à ces différences pour aider à expliquer la gamme des résultats.
Ils ont utilisé des données de prescription de deux grandes bases de données de médecine générale au Royaume-Uni pour mesurer les liens entre l'utilisation de contraceptifs oraux combinés et risque de TEV chez les femmes âgées de 15-49 ans, ajustement pour les autres facteurs de risque connus.
Ils ont constaté que les utilisateurs actuels de tout contraceptif oral combiné sont exposés à un risque accru de TEV par rapport aux non-utilisateurs du même âge et de l'état de santé.
Comparativement aux femmes de ne pas utiliser les contraceptifs oraux, les femmes utilisant des pilules plus anciennes, contenant du lévonorgestrel, noréthistérone, et norgestimate, avait environ deux fois et demi le risque accru de TEV. Les femmes utilisant les pilules les plus récents, contenant de la drospirénone, le désogestrel, gestodène et cyprotérone, avaient autour d'un quatre fois l'augmentation du risque de TEV.
Risques pour les femmes utilisant des pilules plus récentes étaient autour de 1,5-1,8 fois plus élevé que pour les femmes utilisant des pilules plus anciennes.
En termes absolus, le nombre de cas de TEV supplémentaires par an pour 10.000 femmes traitées était plus faible pour lévonorgestrel et norgestimate (six cas supplémentaires), et le plus élevé pour le désogestrel et cyprotérone (14 cas supplémentaires).
Les auteurs soulignent que les contraceptifs oraux sont remarquablement sûre, et soulignent que les signalés trois fois un risque accru de TEV chez les femmes utilisant des contraceptifs oraux dans leur étude est encore plus bas que le risque jusqu'à 10 fois plus élevé de TEV chez les femmes enceintes.
Ils disent que les femmes sur les médicaments contraceptifs combinés "ne devraient pas cesser de les utiliser, mais devraient consulter leur médecin et de revoir leur type actuel de la pilule à leur prochain rendez-vous, s’il y a des préoccupations."
Ceci est une étude observationnelle donc pas de conclusions définitives puissent être tirés sur la cause et l'effet.
Néanmoins, les auteurs disent-ils croire cette étude «a la puissance statistique suffisante et l'ajustement pour les facteurs confondants pertinents pour être considéré comme une étude de clarification importante, qui a produit les estimations les plus fiables de risque possibles, à l'aide de données actuellement disponibles sur ordonnance au Royaume-Uni."
Les résultats "fournissent des preuves pour les autorités compétentes concernées des lignes directrices de prescription ou de ceux qui participent à la régulation de la sécurité des médicaments," concluent-ils.
L'étude de Vinogradova "traite d'importantes questions sur le risque de thromboembolie veineuse chez les femmes prenant des contraceptifs oraux, concluant que le risque est d'environ deux fois plus élevée que le risque associé aux contraceptifs plus âgés," écrit le professeur Susan Jick à l'École de santé publique de l'Université de Boston dans un éditorial d'accompagnement .
Ces résultats, combinés à ceux d'une étude danoise similaire publiée en 2011, "clarifier les incohérences dans les études antérieures et fournissent des orientations importantes pour la prescription de contraceptifs oraux sécuritaire», conclut-elle.