mercredi 7 octobre 2015

Risque d'infection par le VIH pour les femmes africaines utilisant des contraceptifs hormonaux

Risque d'infection par le VIH dans les études des femmes africaines qui utilisent des contraceptifs hormonaux
L'utilisation de l'acétate injectable progestatif de contraception de médroxyprogestérone-dépôt (DMPA) est liée à un risque accru d'infection par le VIH, selon un article publié par Charles Morrison, de FHI 360 et ses collègues dans la revue PLoS Medicine de cette semaine. Les chercheurs ne trouvent pas un risque significativement accru d'infection à VIH chez les femmes qui ont utilisé un progestatif injectable différente, énanthate de noréthistérone (NET-EN), ni dans ceux qui ont utilisé des contraceptifs oraux combinés (COC).

Les chercheurs ont atteint ces conclusions en effectuant une méta-analyse combinant les données relatives à chaque participant à partir de 18 études prospectives qui ont mesuré utilisation de contraceptifs hormonaux et l'incident infection à VIH chez les femmes âgées de 15-49 ans vivant en Afrique sub-saharienne. Les études comprenaient 37,124 femmes, 1830 d'entre eux ont été infectés par le VIH. Lorsque le contrôle des autres facteurs qui influent sur le risque d'infection à VIH (par exemple, l'utilisation du préservatif), les chercheurs ont constaté que les utilisateurs de contraceptif injectable DMPA étaient 50% plus susceptibles d'être infectées par le VIH que ceux de ne pas utiliser de contraceptifs hormonaux. Pour les femmes utilisant un progestatif différent injectable, énanthate de noréthistérone (NET-EN), ou des contraceptifs oraux combinés (COC), les chercheurs ne trouvent pas un risque significativement accru de devenir infectées par le VIH par rapport à ceux qui ne l'utilisation de contraceptifs hormonaux. En outre, les utilisateurs DMPA étaient 43% et 32% plus susceptibles d'être infectées par le VIH par rapport aux utilisatrices de COC et les utilisateurs NET-EN, respectivement.

En combinant les données de plusieurs études améliore la puissance statistique, les chercheurs notent que les associations entre la contraception hormonale et le risque d'infection par le VIH ont été atténuées pour les études à plus faible risque de biais méthodologique par rapport à ceux à risque élevé de biais, ce qui suggère que certains des risque trouvé d'être associé à la contraception hormonale peut être dû à un biais dans les études originales. Ils soulignent que un essai contrôlé randomisé serait fournir des preuves plus définitives sur les effets de la contraception hormonale sur le risque de VIH.

Jusqu'à ce que ces études sont menées, ils concluent que «les femmes à haut risque VIH doivent avoir accès à des options contraceptives sûres et efficaces supplémentaires, et ils ont besoin d'être conseillées sur les risques et les avantages relatifs des méthodes de planification familiale disponibles."