mardi 1 mars 2016

Sensible à la lumière la rétine 3D créé en laboratoire

Sensible à la lumière la rétine 3D créé en laboratoire
Utilisation d'un type de cellules souches humaines, les chercheurs ont créé un trois dimensions (3D), le tissu rétinien humain fonctionnel dans le laboratoire pour la première fois. «Nous avons essentiellement créé un huma miniature
Utilisation d'un type de cellules souches humaines, les chercheurs ont créé un trois dimensions (3D), le tissu rétinien humain fonctionnel dans le laboratoire pour la première fois.«Nous avons essentiellement créé une rétine humaine en miniature dans un plat qui n'a pas seulement l'organisation architecturale de la rétine, mais aussi a la capacité de détecter la lumière», selon M. Valeria Canto-Soler, professeur adjoint à l'école de l'Université John Hopkins de la médecine 
Le tissu rétinien créé dans le laboratoire –en utilisant des cellules souches pluripotentes humaines induites (iPS) – comprend le fonctionnement des cellules photoréceptrices capables de répondre à la lumière, la première étape dans le processus de conversion en images visuelles.«Le travail avance des possibilités de recherche sur la vision d'économie et peut finalement conduire à des technologies qui restaurent la vision chez les personnes atteintes de maladies rétiniennes,» a-t-elle noté. En utilisant une technique simple, directe, ils ont développé pour favoriser la croissance des progéniteurs rétiniens, les chercheurs ont vu des cellules rétiniennes, puis des tissus en croissance dans des boîtes de Pétri. La croissance correspond dans le temps et la durée de développement de la rétine chez un fœtus humain dans l'utérus. En outre, les photorécepteurs étaient assez matures pour développer des segments extérieurs - une structure essentielle pour photorécepteurs de fonctionner. Cependant, Canto-Soler a averti que les photorécepteurs ne sont qu'une partie de l'histoire dans le processus œil-cerveau complexe de la vision, et son laboratoire n'a pas encore recréé toutes les fonctions de l'œil humain et ses liens vers le cortex visuel du cerveau. La réalisation pourrait éventuellement permettre à des greffes de cellules rétiniennes génétiquement modifiées qui arrêtent ou même inverser le mars d'un patient vers la cécité
Les résultats sont apparus dans la revue Nature Communications.